L’intensité du bruit

L’intensité du bruit se mesure généralement en Décibels (abrégé dB) facilitant ainsi la comparaison des bruits, tout en tenant compte de la plus forte sensibilité de l’oreille aux bruits faibles. Le décibel permet une comparaison plus aisée des bruits correspondant à l’impression auditive ressentie.

Dit de manière simple, le décibel est défini par rapport au seuil d’audition (limite en dessous de laquelle un son n’est plus perçu par l’oreille humaine) comme valant 0 dB (soit précisément un niveau de pression acoustique de 20 micro-Pascal, mais on n’utilisera que des décibels par la suite).

Il faut simplement considérer que 3 dB de plus correspond à un  bruit de puissance effective 2 fois plus forte. Mais qui compte pour le bruit, c’est l’impression que l’homme ressent, et pas directement sa puissance réelle. Il faut plutôt 10 dB de plus pour avoir l’impression d’un son nettement plus fort, disons subjectivement 2 fois plus fort. Cependant pour un bruit ambiant donné, un autre bruit de même niveau peut être perçu comme extrêmement dérangeant et désagréable, par exemple l’alarme d’une auto assez loin. Le paradoxe de la perception sonore est la grande gamme dynamique que peut traiter l’oreille, mais aussi sa capacité de discerner un son pour ainsi dire noyé dans le bruit ambiant. Ainsi des sons forts lointains peuvent être très perturbants.

Les bruits et sons dans la nature varient entre des puissances très faibles, comme le bruissement des feuilles qui est à peine perceptible (10 dB), et des très fortes, comme par exemple un coup de tonnerre (environ 120 dB), qui produit un niveau sonore des milliards de fois plus grand en puissance. Cette forte gamme dynamique n’est pas pratique à utiliser, c’est pourquoi on a introduit la représentation compressée (en dynamique) qu’est le décibel, représentant un domaine dont l’accroissement exponentiel est représenté de manière linéaire (en prenant le logarithme de la valeur, ce qui est l’inverse de l’exponentielle). Par exemple la longue trompette des supporters de football qu’on appelle vuvuzela produit une pression acoustique de 20 Pa, alors que la limite de perception n’est que de 20 micro-Pascals, soit un million de fois moins. Le premier niveau sonore correspond à 94 dB et le second par sa définition à 0 dB. Il est plus facile de travailler sur une gamme d’environ 0 à 100 que de 1 à un million, voir un milliard.

Pour comprendre ce que sont les décibels, il faut donner des exemples de bruits usuels

0 dB Seuil de l’audition

10 dB Bruit de la respiration, presque imperceptible

20 dB Bruissement des feuilles, chuchotement

30 dB Zone rurale calme

40 dB Bibliothèque

50 dB Zone urbaine calme, conversation à la maison

60 dB Conversation au restaurant, bureau

70 dB Aspirateur, intérieur d’un wagon de train      (70 dB est considéré par certains comme pénible)

80 dB Usine, train de marchandise à 15 m (dommage possible après 8 heures d’exposition)

90 dB Avion de ligne Boeing 737 à 2 km, moto à 10 m (dommage probable après 8 h d’exposition), cri, tondeuse à gazon à 1 m

100 dB Avion de ligne au décollage à 300m, marteau-piqueur (dommage sérieux après 8 h d’exposition)

110 dB Klaxon de voiture à 1 m (seuil humain de la douleur)

120 dB Tronçonneuse, coup de tonnerre à proximité, sirène des pompiers (douloureux)

130 dB Jet militaire au décollage à 25 m

170 dB fusil d’assaut à 1 m

 

Ou encore le bruit que l’on peut faire :

0 dB silence, 10 dB respiration, 20 dB chuchotement, 30 dB murmurer, 40 dB voix basse, 40 dB parler, 50 dB parler au restaurant, 60 dB parler dans la rue à faible trafic, 70 dB parler fort dans une avenue é grand trafic, 80 dB crier, 90 dB hurler de toutes ses dorces, 100 dB Claquer des mains, 110 dB spray alarme

Le décibel est aussi une unité de différence de niveau, par exemple exprimant le facteur de réduction sonore, comme l”isolation d’un mur. Dans un bâtiment, les points faibles sont les fenêtres, un simple vitrage de 4 mm d’épaisseur procure environ 26 dB de réduction, et un double vitrage de 2 fois 4 mm, étonnamment exactement la même chose, rien de plus. ( source http://www.lapeyre.fr/conseils/dossiers/le-double-et-le-triple-vitrage/les-doubles-vitrages-et-isolation-acoustique.html). Il faut des vitres spéciales pour de meilleures performances. Ainsi si vous avez fenêtre ouverte 70 dB ce qui est le cas d’une avenue à fort trafic, vous aurez 44 dB (soit 70 -26) derrière la fenêtre fermée, ce qui est acceptable de jour pour un appartement. Par contre ce sera trop bruyant pour s’endormir.

La meilleure échelle illustrative pour le bruit me semble être celle-ci, donnée sur le site du CABA Le Centre Anti-Bruit d’Alsace http://www.antibruit.org/echelle.htm

http://www.antibruit.org/images/echelle2.jpg

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: